Archive for septembre, 2009

Lundi 21 Septembre : le jour où on a rencontré Bartholdi

N’oubliez pas de lire d’abord le jour 1 et jour 2 de notre road-trip.

Lundi matin, on est partis vers 8heures direction la Statue de la Liberté. On avait décidé de ne pas y aller à l’aube, quitte à ne pas avoir de tickets pour le piédestal. Et on a bien fait ! En arrivant vers 9heures, il restait toujours des tickets. On a donc embarqué sur le ferry qui tanguait, et Clément a commencé à se sentir mal (la photo est un fake, il n’a pas vomi en fait). On est arrivés sur Liberty Island après une petite demi-heure, on a pris quelques photos du parc avant de partir faire la queue pour le musée dans le piédestal. Les sacs étant interdis dans le socle, je suis allée les déposer dans un locker, et là j’ai eu la classe internationale : pour ouvrir les lockers, il fallait donner… son empreinte de pouce !!
On s’est ensuite dirigés vers la tente où l’attente (haha) a vraiment commencé. Pendant environ 1h30, on a entendu de drôles de bruits d’air venir de la salle d’à côté. Psychooooose. On a finalement découvert qu’il s’agissait d’une machine qui soufflait sur les gens pour le contrôle de sécurité.
Arrivés dans le socle, on est passé par le musée expliquant la création de la Statue de la Liberté (créée par Bartholdi, mais dont l’échafaudage métallique a été réalisé par M. Eiffel en personne), puis on est arrivés en bas des marches. Il fallait en monter 156. Urgh. Arrivés en haut de l’observatoire, on a mitraillé de photos. Puis il a fallu redescendre les 156 marches. On s’est alors rendu dans le parc aux pieds de la Statue, où on a encore fait environ un milliard de photos.
On s’est arrêté pour manger, et là on a croisé Bartholdi, le créateur de la Statue de la Liberté (si vous avez bien suivi). Costume d’époque et croquis à la main, le gars nous a parlé de ses diverses créations (dont une fontaine à Lyon). On a refait un petit tour dans le parc, puis on a décidé de prendre le ferry direction Ellis Island où se trouve le musée de l’immigration. Arrivés là-haut, pris d’une flemme monumentale, on a décidé de zapper cette partie du trip et de retourner sur Manhattan. On s’est alors rendu à Ground Zero et au jardin d’hiver qu’il y a en face, où on a avalé un smoothie, puis on est allés à Wall StreetNathalie et Clément ont touché les précieuses du taureau. On a ensuite décidé de retourner un peu à l’hôtel afin de recharger un peu les accus. Vers 20heures, après s’être reposés un peu, on s’est rendus sur Times Square, on a fait une réservation au Hard Rock Café, on s’est baladés dans la rue, entre Toy’s R Us et magasin M&M’s, Clément et Nathalie ont eu leur photo avec un policier américain, on est allés manger, puis on est rentrés se coucher, les pieds meurtris par les kilomètres engloutis dans la journée. Clément a dit qu’il essaierais de voir combien de kilomètres on a parcouru, je vous donnerais les résultats.

PS : je suis désolée si ces compte-rendus semblent un peu fades, mais je fais ça un peu à l’arrache.

Quelques photos en vrac :

Dimanche 20 Septembre : le jour où j’ai dompté le taureau

N’oubliez pas de lire d’abord le jour 1 de notre road-trip.

Première étape de notre voyage aux Etats-Unis : Six Flags Great Adventures, dans le New Jersey.

Levés à 5h20 (pour Clem), 6h15 (pour Nathalie) et 6h30 (pour moi) pour aller récupérer notre voiture de location. On demande à la réception de l’hôtel de nous appeler un taxi, et on se retrouve avec une chic voiture noire. Classy. Après quelques déboires avec le chauffeur de taxi qui comprenait que tchi à ce que je déblatérais (ce n’était pas QUE ma faute, il n’y mettait pas beaucoup du sien), on récupère notre voiture de location, plus grande que prévu. On passe à l’hôtel pour déjeuner (donuts de chez Dunkin Donuts, mmmmh), puis on part, dirction Six Flags. Une heure trente plus tard, nous voilà au parc ! Comme on avait imprimé nos billets à l’hôtel, on n’a pas eu à faire la queue à l’entrée et on passe donc très rapidement.

S’ensuit alors une journée forte en émotions. Le parc possède beaucoup d’attractions à sensations fortes, c’est génial ! Il y a par exemple El Toro (d’où mon titre), une montagne russe en bois qui possède la descente la plus raide au monde pour une montagne russe en bois. Entre montées et descentes, cette attraction a d’incroyables “air times” (quand on ne touche plus le siège de l’attraction à force de voler), c’est vraiment super. Mon attraction préférée de ce parc. Il y a aussi le Kindga Ka, qui te propulse à plus de 200km/h en moins de 3 secondes, te fais monter très haut et te fait redescendre en vrille à un angle proche du 90°. Guillis dans le ventre et cris assurés. Il y a également le Nitro, incroyablement longue, et qui m’a foutu la frousse la première fois, quand j’étais au bord et que je me suis souvent retrouvée dans le vide.
Superman était également sympa, puisqu’on était allongés sur le ventre. Ceci dit, ça a rendu Clément malade, et on a dû finir sans lui avec Nathalie. Mais on était à la fin de la journée, donc il n’a pas loupé grand chose. On a également pu faire une photo avec Batman, qui parlait avec une voix über grave, ainsi qu’apercevoir des personnages des Looney Toons ou des super héros comme WonderWoman et d’autres gars en slip. Vers 18h30, exténués, on a décidé de rentrer. A notre arrivée à l’hôtel, on avait une toute nouvelle chambre, avec deux lits et vue sur le parking (donc plus calme, avec le métro qui passe dans la rue juste à côté)

Info qui peut s’avérer utile à ceux qui iront un jour à Six Flags (Great Adventure au moins, mais c’est peut-être aussi vrai pour les autres parcs) : la plupart des attractions nécessitent que vous laissiez vos sacs dans un casier avant d’entrer. A $1 par casier, ça fait vite cher. Vous avez la possibilité de laisser vos affaires dans un casier à la journée qui vous coûtera $10, avec un accès illimité, mais je vous conseille, si vous venez en voiture, de laisser vos affaires dans le coffre. Prenez uniquement de quoi payer, un appareil photo compact, et votre journée sera parfaite !

Quelques photos en vrac :

Samedi : le jour où on a volé 15 heures au lieu de 7

Mes chers lecteurs. Je vous ai déjà dit que je vous aimais. Aujourd’hui je vous le prouve, puisque cet article sera écrit sur un iPhone depuis l’aéroport d’Orlando où j’attends mon avion pour Las Vegas. Je suis profondément en galère, alors merci d’être indulgents quant aux éventuelles fautes de frappe. Et pour les fautes d’orthographe, vous avez l’habitude, mais je prétendrais que c’est la faute de l’iPhone. Et je nierais avoir écrit ça.

Tout de suite sans plus attendre, le premier compte rendu de notre voyage aux USA avec mon frère et sa biquette.

Samedi 19 Septembre : le jour où on a volé 15 heures au lieu de 7…

Vendredi 18, je me suis réveillée avec des guillis dans le ventre : je partais le soir pour Lyon, première étape de notre periple américain. Mon père, de corvée de navette pour l’aéroport, m’a donc conduit chez mon frère où on devait passer la nuit. Notre départ de l’appart’ à mon frère se faisant à 4 heures du mat’, j’avais décidé de ne pas dormir. En effet, depuis mon retour en France, je suis restée à l’heure de Pittsburgh et je ne trouve pas le sommeil avant 3 ou 4 heures du matin.
Finalement, je me suis accordé un micro-sommeil entre 2h30 et 3h50. Dix minutes après mon réveil, nous voilà donc dans la voiture, sur les routes désertes d’un Lyon endormi.
Arrivés à l’aéroport, on se tape un coup de flippe lorsque 2 tickets sortent au lieu de 3. Et je vous le donne en mille, celui qu’il manquait, c’était le mien… On résout vite le problème, on enregistre les bagages, on fait un gros bisous à mon papa et on se pose devant notre porte d’embarquement.
A 6h25, on embarque pour 1h30 de vol, direction Francfort. Là-bas, on a 2h30 à tuer. On cherche notre porte d’embarquement et on s’assied devant la grande baie vitrée où on voit les avions décoller. A 10h35, on embarque enfin pour New York JFK. L’avion ayant un effet somnolant sur moi, je m’endors avant même les instructions de sécurité. A un moment, je me réveille et mon frère m’annonce qu’on vient de faire demi-tour. Évidemment je ne le crois pas, mais je suis forcée de constater que c’est vrai lorsque je vois le trajet rouge de l’avion qui forme un “u”, et le nez de notre coucou qui pointe l’Europe au lieu des Etats-Unis. J’apprends alors qu’une fuite d’huile est apparue sur un des réacteurs et que ça ne peut pas être réparé en l’air, malgré les essais des pilotes. On est à 3 heures de Francfort, 4 heures de New York ; Francfort remporte la partie. Nous voilà donc repartis pour 3 heures de vol. Lorsqu’on arrive à l’aéroport, on est escortés par des camions de pompiers. On sort par la porte de derrière et on découvre un tarmac fourmillant d’employés, de mécanos et de bus. Vent de panique. On prend le bus, direction le terminal B, où on nous accueille avec des bacs de bouteilles de sodas et d’eau gratuites. On essaye de contacter nos parents en vain (parents indignes!!). On est restés environ une demi-heure sans informations, puis ils nous ont annoncé qu’un autre avion nous était affreté et qu’on pourrait embarquer d’ici 45 minutes. Une heure plus tard, on était de retour dans le bus qui nous a conduit à l’endroit exacte où on avait atterri, avec un avion en tous points semblables à celui qu’on venait de quitter. On rigole deux minutes sur fond de psychose, en disant que le coup de la panne, ça passe une fois, pas deux. On monte, on s’installe exactement à la même place, et on redécolle.
Pas d’incident en cours de route, on arrive 7 heures plus tard à New York. Il est 22h30, on devait arriver aux alentours de midi. On a loupé le match de football universitaire prévu à 19heures.
On passe un sacré moment au contrôle de l’immigration où on passe presque les derniers, on récupère nos valises qui gisent sur le tapis roulant puis on se dirige vers les shuttles. Clément avait réservé un shuttle qu’il avait déjà payé. Problème : ce shuttle ne s’arrête que dans Manhattan, et nous on va dans le Queens. Ça ne nous dérangeait pas de faire le chemin Manhattan-Queens en métro l’après-midi, mais à 23 heures c’est une autre histoire. On décide donc de prendre un taxi. Quarante-trois dollars plus tard, nous voilà arrivés à l’hôtel. Problème : on avait demandé une chambre avec deux lis doubles, mais il n’y a qu’un lit double et une banquette clic-clac. A la réception, ils me demandent si je peux dormir sur le clic-clac pour la nuit et me promettent de nous changer le lendemain. Epuisée et ne rêvant que d’un bon lit, j’accepte. On pose nos affaires et on s’endort en moins de deux.

HIIIIIIIIIIIIIII

Les amis, dans 8 heures je redécolle en direction des Etats-Unis. Vous l’imaginez bien, je suis über-excitée.

Pendant le voyage, qui durera jusqu’au 12 octobre, je vais essayer de mettre à jour. Mais en gros, y’a un ordi pour 3, ça va être un peu limite. Au pire, sachez que vous aurez de la lecture au mois d’octobre !!

Au programme de ces 3 semaines :

New York du 19 au 24 Septembre : visite de la ville + Six Flags New Jersey
Orlando les 25 et 26 septembre : Disneyworld !!
Las Vegas du 27 septembre au 1er octobre : Grand Canyon en hélico, concert du Blue Man Group, visites des casinos.
Death Valley le 1er et 2 octobre
Los Angeles du 2 au 7 octobre : leçon de surf, visite des studios Warner, visite de la ville, Universal Studios
San Francisco du 7 au 11 Octobre
Arrivée en France le 12 octobre.

Donc stay tuned mes petits haricots à la crème, il se peut que vous ayez des photos :-)

ERATUM : on me signale à l’oreillette que ce blog étant le blog d’une jeune fille au pair que je ne suis plus, les mises à jour seront faites en priorité sur le blog de mon frère, Une Biquette En Goguette. Ce blog est en effet réservé uniquement et seulement à notre road-trip. Comme j’ai pas envie de me mettre mon frère à dos avant même notre départ, je vous fait passer ce mot. Mais vous aurez de mes nouvelles aussi, un jour :-)

ERRATUM : Eratum semble s’écrire Errrrrrrrratum, avec 2 “r”

Le retour à la vie réelle…

N’oubliez pas mes derniers jours américains, mon départ, et mon arrivée en France, dans cet ordre là.

Après avoir passé quelques jours chez mes grands-parents paternels, nous sommes allés passer la nuit chez mon frère à Lyon, puis nous sommes retournés dans ma petite ville de Drôme Provençale, St-Paul pour les intimes.

L’après-midi, j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai défait mes valises. J’ai d’abord dû vider ma chambre des affaires que je ne voulais plus. Ce qui ne fut pas une mince affaire. Puis j’ai rangé mes nouvelles affaires, celles qui appartenaient à ma vie aux Etats-Unis. J’ai voulu faire ça très rapidement : c’est un peu comme un pansement, plus vite on l’enlève, moins on a mal… Pour la première fois en presque une semaine, j’ai eu du temps pour moi, j’ai eu l’occasion de repenser aux Etats-Unis. J’ai eu une boule dans la gorge, un certain malaise. Je me suis ressaisi malgré tout.

J’ai passé la première nuit dans mon lit, et le lendemain, on était repartis sur les routes, direction la mer. On allait en fait chez mes grands-parents maternels, qui vivent près de Perpignan. Le soir du 16 Août, on est allés à Collioure voir l’un des plus beaux feux d’artifice de France. Il y avait une foule énorme. On y est allés en train, et l’aller s’est bien passé. En revanche, pour le retour, c’était un vrai parcours du combattant. Imaginez des milliers de personnes qui veulent prendre le train à la fin du feu d’artifice. On a fait la queue au milieu de la foule pendant une heure, je pense, avant de pouvoir s’installer dans un train. Comme on était les premiers du lot, on a eu des places assises sans même se battre.

Le lundi après-midi, une semaine et un jour après mon retour, on est repartis à St-Paul. En fin d’après-midi, on reprenait la voiture avec ma soeur, direction Lyon où on devait passer la semaine chez mon frère afin de préparer l’anniversaire de mariage de mes parents. Ils ont fêté leurs 25 ans le 9 Juin, et nous ont demandé d’organiser une fête et de faire un diaporama pour eux. On a donc passé la semaine à scanner des photos et à faire un montage, le tout dans une chaleur caniculaire (pour de vrai)

J’ai ensuite passé une semaine à plus ou moins glander. On continuait à préparer la fête avec ma soeur, à parcourir les magasins pour la déco, etc… Samedi et dimanche derniers, on a enfin célébré cet évênement. Je dois avouer qu’à ce moment là, j’ai eu un peu de mal. Une trentaine de personnes, famille et amis, étaient présents. Tous m’ont salué en me disant “Alors l’américaine, contente d’être rentrée?” Certains m’ont demandé des détails sur mon année, et quels étaient mes plans futurs. J’ai essayé d’éluder les questions, parce que c’était pas facile à gérer. Le soir, je me suis couchée un peu triste, et le matin je n’étais pas dans un meilleur état. L’idée de ne pas pouvoir être seule de la journée ne m’a pas vraiment réjouit… Je me suis levée tant bien que mal, et je suis allée voir les premiers invités. Comme je n’avais pas franchement le sourire, je me suis fait vanner, et j’ai pas réussi à encaisser, j’avais déjà les larmes aux yeux. Quand j’ai eu le droit au vingtième “Pourquoi tu fais la tronche?”, je suis allée me cacher dans ma chambre où j’ai fondu en pleurs.

Pour la première fois depuis mon arrivée, la réalité de mon retour m’a sauté au visage. Toutes les petites frustrations accumulées depuis mon retour ont fini par péter. J’essaye de faire bonne figure, mais chaque jour il y a des choses qui m’énervent. Le principal point blessant : le fait d’être une touriste dans ma propre maison. Je ne sais plus où se trouvent les affaires, je ne cesse de demander à mes parents comment marchent la machine à laver, le lave-vaisselle ou quoi ou qu’est-ce… C’est vraiment frustrant et blessant. De même, je ne suis plus capable de conduire ma voiture aussi bien qu’avant. Sans direction assistée et avec des vitesses manuelles, je galère, notamment pour me garer.
Et puis les Etats-Unis me manquent terriblement. De plus, après seulement quelques jours à ne rien faire, j’ai commencé à devenir folle. Je ne supporte plus de rester en face de mon ordi ou de regarder la télé toute la journée. C’est pour cette raison que dès demain je me rend à Lille chez ma cousine qui vient juste d’emménager, afin de participer à la Grande Braderie de Lille. J’ai besoin de bouger, comme je le faisais aux S’tats -Unis.

Le 19 Septembre, je pars avec mon frère et Nathalie aux Etats-Unis. Restez donc connectés, je vous ferais un compte rendu de notre voyage qui promet d’être hallu… attendez … cinant !

Ho, et merci à tous de m’avoir suivi tout au long de mon année. J’ai pas toujours été cool au niveau mises à jour, mais j’ai vraiment apprécié de voir que les visites, bien que peu nombreuses, soit restées constantes. Z’êtes cool :-)


Warning: Unknown(): open(/mnt/168/sda/6/8/rion.un.peu/sessions/sess_518f1a5c64b0b2b282ed0c8e052719dc, O_RDWR) failed: No such file or directory (2) in Unknown on line 0

Warning: Unknown(): Failed to write session data (files). Please verify that the current setting of session.save_path is correct (/mnt/168/sda/6/8/rion.un.peu/sessions) in Unknown on line 0