Archive for août, 2008

Tour de Pittsburgh et envie de meutre

 

 

Aujourd’hui, Divna m’a emmené faire un tour de Pittsburgh, de manière à me montrer différents trucs qui pourraient m’être utiles.

On a donc commencé par le Children Museum. Je pense que je saurais y retourner toute seule. J’espère. Ensuite, on a fait une escale par la SPA américaine afin d’y trouver le bonheur des enfants niveau chat. Je crois que le choix s’est porté sur une mignonne petite “chatonne” de 3 mois, blanche avec des tâches marrons, oranges et noires. Les enfants nous ont tanné toute la journée avec ce chaton, vivement qu’on l’ait pour qu’ils arrêtent d’en parler…

On a ensuite continué avec un endroit d’où on a un incroyable point de vue sur Pittsburgh. C’était joli comme tout. Mais à partir de ce moment là, les garçons ont commencé à devenir pénibles. Ils voulaient absolument rentrer et n’en avait rien à cirer que je veuille découvrir un peu la ville. Et encore, Divna a été sympas avec eux puisqu’on n’est sortis qu’une seule fois de la voiture, et c’était pour manger une glace. J’aurais aimé m’arrêter un peu plus longtemps dans différents endroits… Sans compter que Divna tentait tant bien que mal de m’indiquer différents lieux et différentes routes, mais avec les enfants derrière qui hurlaient ou lui couper la parole, je peux vous dire que je n’ai rien retenu… J’en avais vraiment marre au bout d’un moment que les enfants ne respectent pas ce petit après-midi découverte…

On s’est donc arrêtés pour manger une glace de manière à faire taire les petits et calmer l’envie meurtrière qui grandissait en moi. La glace, pourtant taille “medium”, était énorme. Je n’ai même pas réussi à la finir! Un mélange de glace à la vanille, brownies, noix de pécan, fudge et caramel. Un délice.

L’endroit où nous avons pris cette glace est composé de dizaines de boutiques, le tout aménagé dans une espèce de rue piétonne très agréable. Des pavés au sol, des fleurs partout, peu de voitures… C’était vraiment très agréable. Il faudra que j’y retourne à l’occasion.

Après ça nous sommes rentrés car les enfants ne voulaient vraiment plus rester. Ils voulaient absolument aller acheter les affaires pour le chaton tout de suite. Nous nous sommes donc dirigés vers un magasin appelé “Petco” où nous avons passé une demie heure au moins à choisir un “lit” pour le chat, des gamelles, une litière, des jouets… Maksim a été particulièrement pénible à ce moment là, jouant sans arrêt avec la litière en exposition comme dans un bac à sable. J’ai été obligée de sévir en le menaçant de ne pas utiliser la télé, l’ordinateur, la Wii ou la GameBoy pendant toute une semaine si je le reprenais les mains dans la litière. Chaque fois que je tournais le dos, il retournait vers le bac, mais je le rattrapais toujours à temps. Quand sa mère est revenue dans les parages, il lui a demandé s’il pouvait jouer avec la litière ce à quoi Divna a répondu oui. J’ai rien dit, le week-end je suis pas censée m’occuper des enfants. Mais quand Maksim s’est tourné vers moi avec un grand sourire et m’a dit “T’as vu Marion, je joue avec la litière!”, j’ai cru que j’allais m’énerver…

Ensuite, il a fallu aller au Target pour faire deux-trois achats. Maksim voulait ab-so-lu-ment des Legos, mais sa mère a refusé. Donc il s’est mis à pleurer, à s’asseoir par terre, à se jeter dans les jambes de sa mère… Je l’avais jamais vu comme ça.

En fait, si j’avais rencontré Maksim pour la première fois aujourd’hui, j’aurais refusé tout net de m’occuper de lui. Il a été l’exemple type du gamin que je ne supporte pas, qui fait caprice sur caprice. Je l’ai pas reconnu…

 

Enfin voilà, maintenant je suis pépère dans ma chambre et je vais, à la fin de cet article, me regarder une petite série sur l’ordi. Sachez que je viens à peine de découvrir “Newport Beach” et que j’aime. Tant pis si ça vous déplaît.

Cet article est long. On va dire que c’est pour compenser le peu de mise à jour, hein :-) Et pis aussi parce que j’avais besoin de me plaindre de Maksim. Voilà. Mais je l’aime bien quand même. :-)

 

Photo 1: Pittsburgh vu de haut.
Photo 2: Toujours Pittsburgh, mais
South.
Photo 3: Milica et moi devant la pointe de Pittsburgh (qu’on voit pas)
Photo 4: Le charmant coin shopping dont j’ai oublié le nom.

Bilan : ce que je peux vous dire, deux semaines plus tard

Aujourd’hui, ça fait officiellement deux semaines que je suis arrivée dans la famille. Faisons donc un petit bilan. Voilà ce que je peux vous dire :

Sur la famille : j’ai de la chance. Non, vraiment, je suis tombée sur une bonne famille. Les parents sont vraiment gentils, ils m’aident comme ils peuvent, essayent de m’occuper au maximum pour que je ne sois pas homesick, m’invite à chaque fois qu’ils sortent mais ne me jugent pas si je préfère rester à la maison. Ils sont ouverts d’esprit et Divna est vraiment drôle, en particulier quand elle parle de cinéma. Sur ce point là, on a un centre d’intérêt en commun. Vous devriez la voir en train de faire un remake de “La Marche de l’Empereur” quand un grand oiseau menace les manchots : “Si j’étais la maman manchot, je resterais pas là sans rien faire! Je pousserais mon enfant avec le ventre [imite le manchot poussant un bébé avec le ventre] pour qu’il aille se protéger!” *. Ou encore, en parlant du film “la petite princesse” : “Tu as vu le Seigneur des Anneaux? Tu sais, quand ils se regardent longuement sans bouger, avec la musique, la lumière, l’émotion… [imite l'émotion. Si si]. Bah dans “La petite princesse“, c’est pareil, y’a de l’émotion [imite la scène]. Pathétique” *
Bon, ok, peut-être que c’est pas drôle pour vous, mais il faut la voir :-).
Le père, je ne le vois pas beaucoup. Il travaille énormément et ce n’est pas rare qu’il rentre après minuit.

Sur les enfants : Là encore, je suis bien tombée. Je ne sais pas si c’est parce que les parents sont serbes, mais les enfants sont loin d’être des enfants rois. Bon, bien sûr, les parents ne tirent pas trop sur la bride donc certaines choses sont permises aux enfants que moi je ne laisserais pas passer comme ça. Mais dans l’ensemble, les enfants sont cools et obéissants. Milica est gentille comme tout, aimable, attachante, je passe de bons moments avec elle. Et pis hier, alors qu’on allait jouer ensemble sur le site “KadoKado”, elle m’a dit “C’est cool avec toi, t’es comme ma grande soeur” *. Pavle est assez agité du bocal, il parle fort et est toujours en train de bouger. Il pleurniche parfois pour un rien, ce qui a le don de m’énerver. Maksim est gentil est attachant, mais aussi celui qui me pose peut-être le plus de soucis. Il ne mange pas grand chose de varié, et donc quand je cuisine (ou ses parents cuisinent) quelque chose qu’il ne connait pas, il ne cherche pas à savoir et dit tout de suite qu’il n’aime pas, sans même essayer. Le seul moyen pour qu’il mange (et qu’il se rende compte, à chaque fois, qu’il aime ce qu’il mange) c’est de faire du chantage, de lui offrir du chocolat si il essaye. Résultat : quand il accepte de goûter mais décide qu’il ne mangera quand même pas, comme il vient de me le faire pour le gratin dauphinois à l’instant, me mettant dans une sacré colère, je suis obligée de lui donner son carré de chocolat et de le punir dans la foulée pour ne pas avoir mangé. Sérieusement, ça n’a pas de sens et je perd du coup ma crédibilité…
Mais dans l’ensemble, ils sont vraiment cools. Cependant, vivement qu’ils commencent l’école, parce qu’ils me sortent parfois par les trous de nez…

Sur ma nouvelle vie : J’ai du mal, parfois, à me dire que je vais rester ici un an. Si mon humeur commence à s’améliorer, les premiers jours ont été pénibles. Parfois, j’avais besoin de pleurer pour rien, parfois en plein milieu d’un jeu avec les enfants. Obligée de s’isoler pour ne pas montrer aux enfants que je vais pas bien. Maintenant, j’ai l’impression que ça s’arrange (sans doute parce que je me suis mise au sport), mais mes émotions sont mises à rude épreuve. Ainsi, si Maksim refuse de manger mon gratin dauphinois, je fais la tronche comme une gamine, j’ai la gorge serrée et quand les enfants quittent la cuisine et que je suis seule, je laisse couler les larmes. Oui, je pleure parce qu’il n’a pas mangé mon gratin… J’ai l’impression d’être une femme enceinte se battant contre ses hormones…

Sur mes occupations : Pour le moment, ma seule occupation c’est les enfants. On joue aux jeux de société toute la journée, je les emmène à la piscine, je leur donne quelques cours de français… Une certaine routine s’est installée, vivement la reprise des cours pour que ça change.

Sur mes escapades : La seule escapade que j’ai faite pour le moment, c’était pour aller au centre commercial. J’y suis allée seule sans me perdre, ce qui fût une grande fierté pour moi. Mais je commence à préparer des week-ends, doucement mais sûrement. Le premier week-end que je ferais sera sûrement à Philadelphie, si Elodie est disponible.

Sur mes découvertes : J’en parlerais dans un prochain article, celui-ci est déjà beaucoup trop long.

 

Photo 1: Ma maison pour un an.
Photo 2: Une vue pas super de là où je vis. A gauche, la miniature de la maison blanche, au milieu des voisins gentils qui s’occupent du jardin des Djokic en même temps que le leur, à droite ma maison.

 

* En anglais dans le texte.

Episode 5 (fin) : L’arrivée dans la famille

N’oubliez pas de d’abord lire les épisodes 1, 2, 3 et 4.

Le jeudi 8 Août, la plupart des filles allaient enfin rencontrer leur famille d’accueil (la plupart, puisque certaines, “infant qualified”, restaient 5 jours et non 4).

Les cours se sont terminés à 11h00, et les départs ont commencé vers midi, après le déjeuner. Certaines personnes, dont la famille habitait près de Newark, ont retrouvé leur famille directement à l’hôtel. Pour les autres, c’était direction l’aéroport.

Je suis personnellement partie vers 13h00 si mes souvenirs sont exacts. A l’aéroport, c’est marche ou crève : tu te débrouilles! Ben oui, c’est ça l’aventure aupair : tu acquiert très vite une autonomie que tu n’avais pas en France.

Je me dirige donc vers le guichet de Continental Airline, ma compagnie. Là, je me débrouille comme un chef et récupère mon ticket. Ma valise n’est pas en surpoid, donc rien à payer! :-) (Il faut savoir que pour les vols internes, une seule valise de moins de 20 kilos est gratuite. Il faut payer le surpoid ou toute valise supplémentaire.)

Je me dirige vers les portiques de sécurité. Là on rigole pas : on enlève chaussures et bijoux, si il y a un ordinateur il faut le sortir et bien sûr les produits liquides doivent être dans un petit sac.

Je passe le portique de sécurité sans sonner. Mais là, je sais pas pourquoi, sur les 20 personnes présentes en même temps que moi sur ce portique, c’est MOI qu’ils ont mis de côté (toujours pieds nus), c’est MES papiers qu’ils ont gardé et c’est MOI que la femme a fouillé des pieds à la tête avec ses gants bleus. Elle a ensuite fouillé mes affaires, ouvrant mon bagage à main, mon sac à dos, mon ordinateur, passant un chiffon bizzar sur quasiment tout avant de le mettre dans la machine. Je pense qu’elle recherchait de la drogue.

Bon, évidemment, je m’en suis sortie sans problème. Mais c’était pour la petite anecdote.

Ensuite, je me suis dirigée vers ma salle d’embarquement. Embarquement prévu vers 3h05 pour un décollage à 3h40. A 3h20, on attend toujours. A 3h40, le message change et dit : embarquement prévu à 4h05. Oooooook. J’appelle Divna pour la prévenir, puis retourne prendre mon mal en patience. Finalement, on a commencé à embarqué à 4h30. Sans aucune explication. On a attendu jusqu’à 5h30 sur la piste de décollage. Il faut savoir que je devais arriver à Pittsburgh à 5h20…

On a finalement décollé, un voyage pas super agréable puisque perturbations… Arrivés à 6h15 (un vol super rapide!), on a encore attendu 20 minutes sur le tarmac que le camion qui remorque les avions vienne nous chercher.

Et puis j’ai enfin pu rencontrer Divna (la mère), Milica (10 ans), Pavle (7 ans) et Maksim (5 ans). On est parti pour un an ensemble.

Photo 1: La famille Djokic au grand complet, avec la grand-mère.
Photo 2: Milica.
Photo 3: Pavle.
Photo 4: Maksim.
Toutes les photos viennent du blog de
Priscilla, l’ancienne aupair.

Episode 4 : New-York New-Yoooooooork

N’oubliez pas de d’abord lire les épisodes 1, 2 et 3. Dans l’ordre si possible :-)

De manière à ne pas surcharger cet article, seules quelques photos seront affichées. Les autres seront à découvrir grâce aux liens sur certains mots (en rapport avec la photo, en toute logique).

Le mardi 5 Août, AuPairCare a organisé une sortie dans New-York. Evidemment, j’étais de la partie, comme 99% des aupairs présentes. A la fin des cours donc, nous avons embarqué dans des bus sur-climatisés (comme l’est tout ce qui est américain et muni d’une clim…), direction The Big Apple.

Le trajet aller fut assez long, en raison des embouteillages monstres sur la route. Mais on voyait s’approchait les gratte-ciels et l’excitation montait, montait, montait! On a tous joué les touristes japonais à sortir nos appareils photos dès qu’on a entre-aperçu les buildings de Manhattan, même si ce n’était que depuis le bus :-)

Premier arrêt dans la ville : le Rockfeller Center. Endroit mythique où est déposé, chaque année, le sublime sapin de Noël qu’inaugurent de nombreuses stars. Alors moi, c’est pas le Rockfeller en soit qui m’a impressionné, mais plutôt la boutique NBC. Elle était fermée malheureusement quand nous sommes arrivés. Mais vous imaginez vous? Un magasin entièrement consacré aux séries qui passent sur NBC? Si j’avais pu entrer, je crois que j’aurais acheté la blouse de Scrubs!

L’arrêt au Rockfeller fut court (15 minutes), mais perso je m’en fichais, puisque ce qui suivait était bien mieux : Time Square! Rien que son nom semble illuminé de dizaine de panneaux publicitaires… :-) On a apparemment fait partie des chanceux puisque nous sommes restés une heure. Certains, d’après ce qu’on m’a dit, ne sont restés qu’un quart d’heure!

Une heure, sur Time Square, c’est court. Il a donc fallu aller au plus important. C’est pour cette raison qu’après avoir pris de nombreuses photos (avec les yellow cabs, ou des panneaux publicitaires, des buildings, de la rue, on s’est dirigés, les filles et moi, vers… le magasin M&M’s. Oui, je sais ce que vous vous dites. Mais vous pouvez pas comprendre…

Ce magasin, il est mythique, et il faut le voir de ses propres yeux. Rendez-vous compte : dans ce magasin, vous trouvez de tout à l’effigie des M&M’s : des chaussons, des tongs, des serviettes, des mugs, des cadres photos, des puzzles, des jeux,  des statues, des stylos, des draps… De tout! Et bien sûr des M&M’s aux goûts et couleurs diverses et variées.

Et puis il a fallu repartir. Prochain arrêt : Ground Zero. Je ne dirais pas que c’était impressionnant, émouvant, ou quoi que ce soit… Nan, puisque nous l’avons “vu” depuis la vitre d’un bâtiment. On avait un méga reflet ce qui fait qu’on, ou du moins que je n’ai rien vu, quasiment. Ceci dit, dans ce bâtiment, il y avait de beaux palmiers

Puis dernier arrêt : trois ponts de New-York. Cet endroit porte sûrement un nom, mais si le guide l’a dit, je l’ai oublié. 
L’endroit était joli, situé sur un “quai” en bois, illuminé de partout, avec en arrière plan trois ponts importants de New-York ainsi que les buildings. C’était vraiment agréable. En fond sonore, un homme jouait du Johnny Cash, et ça, c’est cool!

Et puis il a fallu rentrer. New-York, dans ma tête, c’est donc des lumières de partout. C’est des taxis (yellow cab) qui côtoient la police montée (police à cheval quoi) dans des rues surplombées de monde. C’est de l’animation permanente. C’est un melting-pot incroyable. C’est une grande ville comme je ne les aime pas trop, mais c’est beau.

En bref, NY c’est à refaire.Vite. 

Photo 1: Time Square, magique!
Photo 2: Time square de nuit.
Photo 3: J’aime particulièrement cette photo, prise depuis le “quai” en bois, d’où on a vu les trois ponts.

Episode 3 : Le stage


Lisez d’abord l’épisode 1 puis l’épisode 2 pour comprendre de quoi je cause.

Le stage, c’est un peu le truc pénible du séjour à Newark. Ouais, bon, ok : le stage, c’est un peu le but du séjour à Newark…
Donc j’avais eu que des échos négatifs du stage. Mais vraiment, genre « on s’ennui à longueur de temps » etc… Forcément, j’y allais avec une certaine appréhension et pas forcément motivée…

 

 

Le mardi, le stage a donc commencé avec un speech de Tracy. Une femme dynamique, certainement membre d’un groupe de Gospel. En effet, c’était des « Good Morniiiiiiiiiiiing » à répéter tous en cœur et avec conviction, ou des « Tracy –Tracy – I can do it ! – I can do it ! Because I’m a rock star! – Because I’m a rock star! » Après présentation du programme et le déplacement de TOUTES les aupairs qui s’étaient, par instinct, regroupées par pays ou langue, les choses sérieuses ont commencé.

On a donc vu des choses, c’est vrai, pas forcément palpitantes. C’était des choses que l’on savait déjà comme « ne jamais secouer un bébé » et d’autres trucs comme ça. Mais les « leçons » étaient ponctuées de travail collectif avec les filles de la table ou de mises en situation EXCELLENTES de la part des différentes « trainers ». Elles avaient vraiment la pêche et se donnaient à fond en permanence ! Un vrai plaisir.

On a également eu  droit à des cours de premiers secours et de réanimation cardiaque sur les enfants, ainsi que des jeux comme l’Aupingo. Oh et à propos, j’ai gagné un porte-clés « AuPairCare » en participant à une « mise en situation » durant laquelle la « Host Mum », à l’aéroport pour venir nous chercher, était  froide et distante. Une interprétation très drôle de la part de « je-sais-plus-qui » qui jouait la host mum. :-)

Et puis on a reçu un livre, le “What To Expect – Baby Sitter’s Handbook”, la Bible de ma future année. Un livre intéressant dans l’ensemble.

Donc au final, j’ai passé un plutôt bon moment. Bon, bien sûr, je me suis parfois ennuyée, mais c’était quand même plutôt agréable.

Et puis Jeudi 8 avril, le « jour fatidique » est enfin arrivé : rencontre avec la famille d’accueil.

La suite dans le prochain épisode.

Photo 1 : Une petite vue d’ensemble de la salle où le stage se déroulait. Dessus, c’est Sophie, aupair en Californie.
Photo 2 : La table d’aupair française avant la dislocation obligatoire.
Photo 3 : Le handbook


Warning: Unknown(): open(/mnt/168/sda/6/8/rion.un.peu/sessions/sess_38169582c2964b8d7a99d7e750f3a3f0, O_RDWR) failed: No such file or directory (2) in Unknown on line 0

Warning: Unknown(): Failed to write session data (files). Please verify that the current setting of session.save_path is correct (/mnt/168/sda/6/8/rion.un.peu/sessions) in Unknown on line 0