Archive for the ‘Le dossier’ Category

Télégramme

Visa reçu sans problème – stop – Cadeaux presque tous achetés – stop – Valise testée et opérationnelle – stop – Départ dans 20 jours – stop – Flemme monumentale – stop – Pas le courage d’écrire un vrai article – stop – De toute manière, suis la seule à lire ce blog – stop – Devrais songer à donner l’adresse – stop.

La terrible histoire du Handbook!!

L'objet du délit Ha bah ça c’est du titre qui en jette messieursdames! Surtout qu’en fait, mon histoire n’est pas franchement fascinante….

Il faut savoir qu’une fois que le placement chez la famille d’accueil est confirmée, on reçoit une lettre de la part d’STS. Dedans, y’a des tas de papiers avec, entre autre et dans le désordre, des informations sur la famille, des documents pour le Visa, des feuilles pour nos expliquer comment ça va marcher pour nous… Bref, des tas de trucs. Et dans cette enveloppe, il est aussi censé y avoir le Handbook, sorte de Bible pour aupairs.

Alors bon, j’ai bien reçu un gros document de 35 pages dans mon enveloppe, intitulé “AuPairCare. Overseas Partner Manual”. Qui peut se traduire par “Le manuel des partenaires d’outre-mer”. Bien bien bien, je ne fais pas plus attention que ça, pensant que c’est le nom philosophie du Handbook. Soit.

Je me lance, toute guillerette, dans la lecture de mon handbook. J’apprends comment la société AuPairCare est venue au monde, comment les familles d’accueil sont recrutées, les différentes étapes d’inscription des jeunes filles aupair… Bref, des choses que je savais déjà. Et plus je lisais, plus je m’étonnais qu’aucun paragraphe concernant les monstres enfants dont on va s’occuper ne soit mentionné. “Chelou” non? Ouais, bah c’est ce que j’ai pensé en mon fort intérieur aussi. J’ai cogité ça un moment, puis j’ai fait une recherche sur Google-est-ton-ami. Et là, la vérité est tombée, dure et surprenante : le “Aupair Handbook” s’appelle en vérité… le “Aupair Handbook”! Et non le “Overseas Partner Manual”. Y’a un problème ou bien?

Alors je me renseigne sur ce fabuleux forum qui fait figure de deuxième Bible et effectivement, y’a eu gourance. Ni une ni deux, illico presto, sans plus attendre, y’a pas une minute à perdre, j’envoie un millionième mail à Sophie, je lui explique la situation, photo à l’appui. Ce à quoi elle me répond : “HAAA! Ton Handbook c’est mon Handbook!”
Haaaaaaa! Tout s’explique. Je lui ai donc prestement renvoyé son exemplaire (ce qui m’a donc incité à me bouger les fesses jusqu’à la Poste où j’ai perdu 110€, entre mandat compte et chronopost pour l’ambassade…) et j’ai reçu le mien le lendemain. Et même qu’elle l’avait glissé dans une “jolie pochette rose pour [se] faire pardonner”, avec un petit mot gentil et une carte de visite. Ouais ouais ouais, ça rigole plus!

Bon, donc au final je l’ai eu mon Handbook, je l’ai lu aussi. Il y a des choses intéressantes, d’autres beaucoup moins. Et puis surtout il y a ces devoirs de vacances à faire, tout à la fin. Des devoirs qui seront à rendre lors du stage à New-York. Un dossier à faire sur la famille d’accueil, la région, les enfants, les activités, histoires et chants à faire avec eux, et patati et patata… Trop jouasse la fille!

Dieu dit alors “Quoi de neuf?” et Marion répondit

Il est peut-être temps de raconter ce qu’il se passe dans ma vie de future au pair en ce moment, non? Je pense que j’ai assez retardé le moment d’écrire. Mais c’est pas ma faute Votre Honneur, c’est parce que j’ai été frappé par une crise sévère de flemmingitus aigütus. C’est pas trop grave docteur? Non, c’est juste causé par le Soleil qui a fait une apparition remarquée mais néanmoins beaucoup trop brutal dans notre ciel. Le Sud n’est plus ce qu’il était, c’est moi qui vous le dit.

Bon, reprenons : quoi de neuf?
Je ne réalise toujours pas que je pars. C’est vrai, pour le moment ce n’est que sur le papier que je vais être au pair. Et même si mon compte à rebours continu à s’approcher dangereusement du zéro (puisque nous en sommes à J-38 mes amis), pour moi, ce n’est pas encore une réalité. En revanche, ça l’est pour mon compte en banque qui se dirige, lui aussi, dangereusement vers zéro.

Alors, parlons du Visa tout d’abord. Hahaha. Hum.
Le Visa, pour moi, c’est une grande épopée qui me coûte cher, à la fois financièrement mais aussi nerveusement. Installez-vous les enfants, je vais vous raconter une petite histoire, tragico-comique.
Je pars le 4 Août. C’est un fait acquis. Bien. Quand mon placement a été confirmé, Sophie m’a appelé pour m’expliquer comment faire pour le RDV à l’ambassade américaine, dans le but ultime de recevoir son visa. Etant à Lyon à ce moment là pour un déménagement et étant hébergée dans un appartement sans internet (nan, vraiment, vous imaginez?? Pas d’internet! Fichtre!), je n’ai pas pu prendre le RDV moi-même (puisqu’on peut le faire par internet, ce qui coûte 14$ (un peu plus de 9€), alors que par téléphone c’est 15€. Le deal est vite fait!
Donc j’ai appelé ma chère môman qui a pris le RDV, avec moi greffée au téléphone de l’autre côté du combiné. Une demie heure plus tard, après avoir répondu à des questions telles que “Avez-vous déjà enfreints les règles américaines” ou encore “Avez-vous déjà était sujet à la prostitution ou au proxénétisme” (à quoi nous avons bien sûr répondu “oui” avec ma maman…), mon RDV était fixé… Le 31 juillet !! Donc 4 jours avant mon départ! Sachant qu’à l’ambassade ils nous confisquent le passeport et nous le renvoient par la Poste en même temps que le Visa, ça faisait vraiment juste juste!
J’ai donc appelé Sophie qui a eu l’air aussi paniquée que moi. On respire… Elle m’a donc dit de prendre RDV à l’ambassade américaine à Bruxelles. Mais là, c’était par téléphone, donc 15€. (Si vous suivez bien, vous comprendrez que j’en suis déjà à 30€ pour ce maudit RDV!!)
Alors j’appelle à l’Ambassade en Belgique. Ni “bonjour” ni “merci”, un mec me dit, direct : “Le type de votre carte banquaire et le numéro?”. Même pas “s’il vous plait”. Je lui aurais raccroché au nez tiens… si ça avait pas été si important ;) Je lui donne donc mon numéro, et là il me dit “C’est pas bon, trouvez une carte valide et rapellez nous”. Et il raccroche. Hum…
Donc après avoir usurpé le numéro de carte de mon pôpa, je rapelle. Même cinéma, sauf que cette fois-ci ça marche. J’explique au mec que je suis française, il me demande pourquoi je prends par RDV à Paris, je lui explique la situation. Un quart d’heure pour qu’il accepte de me prendre un RDV!
Il me pose encore plein de questions, puis me demande mon numéro de DS2019. Et là, c’est le couac. Je vous explique : Sophie m’a dit que j’allais recevoir ce document, le DS2019, mais que si j’attendais de le recevoir, ça serait trop tard. Donc elle m’a dit de mentir quand on me demandait si je l’avais. Ce que j’ai fait. Mais le mec a pas apprecié que je lui dise, après, que j’avais pas ce numéro pour le moment. “Cette conversation est enregistrée et elle sera rapportée! Vous avez menti!”. Bon évidemment, gros malaise… Finalement, j’ai eu mon RDV pour le 30 juin, avec petit commentaire du mec qui me dit que vu que j’ai menti, je ne suis pas sûre d’avoir mon Visa. Super! Comme demandé, je demande à ma mère d’annuler mon RDV à Paris.
Bon, après une journée plutôt triste en raison de cet appel, je finis par avoir des nouvelles de Sophie. Elle me dit qu’une autre fille qui doit partir le 4 Août a eu un RDV début juillet! Il y a eu plein de désistements. Ni une ni deux, j’apelle ma mère. Je lui demande d’annuler l’annulation du RDV, si c’est possible. Et là elle me dit qu’elle ne l’a pas annulé. Je l’aime! On modifie donc le jour de RDV, qui est fixé au 9 Juillet! Joie, bonheur et prospérité! Les billets de trains sont pris, tous les documents sont prêts, je vais même en profiter pour aller voir ma famille à Reims. Tout va pour le mieux maintenant :)

Cet article étant déjà beaucoup trop long, je vous parlerais de “L’aventure du Handbook” une prochaine fois. Maintenant il est l’heure d’aller dormir les enfants :)

PS : J’ai reçu une carte ce matin de Pittsburgh [celle que vous voyez sur la photo], envoyée par ma counselor (autrement dit, la femme qui sera chargée de régler les problèmes que je pourrais avoir et organisera des sorties pour d’autres aupair du coin). Et bah ça fait plaisir tiens :)

L’entretien : mais si, ça va bien se passer!

Une fois que l’inscription est acceptée, il faut passer l’entretien, de manière à ce que l’agence connaisse notre niveau d’anglais et sonde notre motivation. L’entretien peut se passer chez l’intervieweuse, dans un café, ou dans une agence, toujours dans la ville la plus proche.

 

J’ai dû aller jusqu’à Saint-Jean-de-Bournay, près de Vienne (à 2 heures de chez moi) afin d’y rencontrer Séverine.

Je suis arrivée en avance (30 minutes environ), donc j’ai attendu dans le bar d’à côté, un chocolat chaud en guise de réconfort. Comme chaque fois que quelque chose “d’important” va se passer dans ma vie, j’ai mal au ventre. Ouais, j’ai une boule quoi. Bon, je suis peut-être un peu stressée…. Ok, ok! ça va! Je suis tendue comme un string, voilà!

Je regarde ma montre toutes les deux minutes et j’ai du mal à me concentrer sur les papiers que je dois écrire pour le journal (Le Dauphiné Libéré pour lequel je travaille). A 10h25, je prend mon courage à deux mains et sort du bar. 10 petits pas plus tard, j’arrive devant le local STS…. que je loupe! J’avais pourtant fait un repérage avant, mais je m’étais planté de numéro. Je m’attendais pas à voir une agence. Séverine, elle, m’attendait apparemment. Et ça l’a fait rire, à priori, que je passe devant elle sans la voir.

Dès que je suis sortie du bar, le stress s’était envolé. C’est moi tout craché ça : je balise comme une dingue avant, l’attente est insupportable. Le reste se fait toujours tranquillement… 

Séverine a l’air sympa, ce qui facilite grandement la tâche. Elle m’explique comment va se passer l’entretien, même si je lui ai précisé que je le savais déjà un peu, puisque je me suis bien renseigné (et que je suis sur un forum extra !). Puis let’s go pour l’entretien.

Tout se passe nickel. Connaissant mon niveau d’anglais et ayant passé mon bac d’anglais à l’oral, je connaissais mes compétences, je savais que je pourrais m’en sortir facilement. En effet, tout va bien, autant au niveau compréhension qu’expression. Je suis détendue et répond aux questions avec (je pense) bonne humeur [souvenir de mon oral blanc de français où mon examinatrice avait mis en commentaire « fait preuve de bonhommie » ce qui m'avait valut une note pas trop mal. Depuis, j'essaie d'être le plus de bonne humeur possible pour un entretien]. Séverine est sympa, comme je le pensais. Elle n’est pas partie en tant que jeune fille au pair mais en famille d’accueil durant ses études. Je n’ai donc pas pu lui poser de questions en rapport avec l’aventure « au pair ». Elle avait quand même l’air d’en connaître un peu et a répondu à certaines de mes questions. Elle me pose différentes questions concernant mon expérience etc… Puis viennent les questions en rapport avec la hostfamily (est-ce que ça vous dérange d’être dans une famille étrangère ? Une famille monoparentale ? Avez-vous un problème avec les couples du même sexe ? Je lui raconte que mon oncle vit avec un homme, alors ça va, je suis pas choquée par ce genre de chose). Elle me demande si j’ai des préférences de villes, ce à quoi je répond que oui, si je pouvais aller à LA ou NY, ça serait le méga pied. D’après elle, NY c’est faisable, étant donné l’importante demande qu’il y a dans cette ville. Elle me demande ensuite si j’ai des préférences quant aux âges des enfants, je lui dit que ça m’est égal, mais que j’aimerais autant éviter les ados, en ayant une à la maison que j’ai parfois beaucoup de mal à gérer.

Elle m’a ensuite fait passer un test pour savoir si je ne suis pas une psychopathe. Au menu, des questions comme “Avez-vous déjà penser à vous suicider” ou encore “Portez-vous des tenues provocantes, même pour aller à l’école?”. Oui, oui, oui!

A la suite de cet entretien qui a duré une grosse heure, Séverine m’a confié que ça s’était bien passé. Je ne le savais pas encore, mais elle allait me mettre un avis favorable et me permettre ainsi de vraiment commencer l’aventure!

Remplir le dossier : un moment long et pénible!

Une fois l’inscription prise en compte par l’agence, on reçoit le dossier à remplir. Chez STS, il se fait principalement en ligne. Parmis toutes les questions, il y a entre autre et dans le désordre

  • Le niveau d’éducation atteint
  • Nos expériences avec les enfants : il faut marquer les noms et prénoms de tous les enfants qu’on a gardait (et dont on se souvient), avec leur âge et le temps qu’on les a gardé, ainsi que nos responsabilités envers eux (pour les bébés : changer les couches, nourrir au biberon, nourrir à la cuillère, coucher… Pour les autres : jouer, nourrir, doucher, coucher, surveiller à la piscine, conduire en voiture…)
  • Diverses questions sur nous, des adjectifs qui nous définissent, les raisons de notre choix de devenir aupair, ce qu’on aime…
  • Une lettre à la hostfamily
  • Et sûrement d’autres choses que j’ai oublié

Il y a également des documents papiers à fournir :

  • Au minimum deux références de parents qui nous ont confié leurs chers chérubins ou de professionnels de l’enfance avec qui on a travaillé. Il n’y a pas de maximum, du coup j’ai fait remplir une référence par chacune des familles dans lesquelles je suis allée régulièrement en 5 ans de baby-sitting. Ce qui fait 5 références, pour 9 enfants de 12 mois à 13 ans.
  • Une référence d’un proche autre que la famille. On peut choisir dans ces cas un ami, un professeur, un patron… Personnellement, j’ai choisi ma prof d’histoire-géo de terminale, Mme. K, qui a le don de toujours soutenir ses élèves et de croire en eux.
  • Un certificat médical à remplir par son médecin traitant, dans lequel tout est dit : si on a tous nos vaccins à jour, si l’on souffre d’une quelconque maladie chronique, si l’on a déjà été traité pour différentes maladies (parmis lesquelles la dépression), si on souffre d’allergies…
  • Un papier qu’il faut signer dans lequel il est marqué des tas de choses concernant nos droits et nos devoirs en tant qu’aupair
  • Un collage photo de deux pages : une pages pour la famille et les amis, une page pour les enfants. Plus le collage est original, mieux c’est : c’est en quelque sorte la première impression qu’aura la famille à votre sujet.

Voici les collages que j’ai fait :

Celui sur la famille et les amis

 

Celui sur les enfants

 

Dans ce dossier, il y a également d’autres pièces à fournir comme

  • La photocopie du permis de conduire international si on a déjà le permis. Ce permis international est à demander à la préfecture ou la sous-préfecture et peut être délivré tout de suite (ce fut mon cas) ou reçu sous plusieurs jours voire même plusieurs semaines! Il faut donc penser à s’y prendre à l’avance.
  • La photocopie de son passeport. Encore une fois, le demander à l’avance, il faut parfois plusieurs semaines avant de le recevoir.
  • Une copie de notre casier judiciaire vierge.
  • Le certificat du baccalauréat ou équivalent. Le bac est nécessaire pour partir en tant que jeune fille au pair.
  • Le chèque de 180€ pour la recherche de famille.

Bon, si vous êtes un peu malin, vous évitez d’oublier la moitié des documents quand vous envoyez l’enveloppe. Il faut savoir que moi, je suis partie toute guillerette demander mon permis de conduire internation à la préfecture de Valence. Je pensais pas l’avoir tout de suite, donc évidemment j’ai été trèèès surprise quand la dame me l’a tendu! Folle de joie à l’idée d’envoyer mon dossier le jour même (puisque je l’avais pris avec moi, pleine d’optimisme), je suis allée à la Poste faire des photocopies (comme conseillé) parmis lesquelles mon permis international. Mais ce n’est qu’une fois dans le train, retournant toute contente à la maison, que je me suis rendue compte que ces photocopies attendaient sagement dans ma pochette, loin, très loin de l’enveloppe… Je vous raconte pas la course, une fois arrivée, pour aller à la Poste, écrire un mot rapide, acheter une enveloppe pré-timbrée pour ne pas faire la queue et poster la lettre in-extremis, pile au moment de la levée.


Warning: Unknown(): open(/mnt/168/sda/6/8/rion.un.peu/sessions/sess_4fa9bfc2906a215a9e74acce7b9825ba, O_RDWR) failed: No such file or directory (2) in Unknown on line 0

Warning: Unknown(): Failed to write session data (files). Please verify that the current setting of session.save_path is correct (/mnt/168/sda/6/8/rion.un.peu/sessions) in Unknown on line 0