Archive for the ‘Les enfants’ Category

-Mawionne, where is Mummy? – Good question buddy…

Hier fut une journée plutôt facile pour moi, et heureusement, parce que c’était un vendredi et que le vendredi, j’en peux plus !

Après avoir passé une bonne partie de l’après-midi à Skyper avec mon papa et à surfer sur un site proposant des offres d’emplois pour professeurs FLE partout dans le monde (oui, je m’accroche à cette idée…), j’ai accueilli les garçons qui venaient de rentrer de l’école. Milica était en effet allée directement chez une amie après l’école pour un “sleepover”, comprennez une pyjama party. Là, j’annonce à Maksim que son “playdate” (comprennez “rendez-vous de jeux”, donc quand deux enfants ou plus se retrouvent chez l’un ou chez l’autre pour jouer. Apprenez ces mots, je ne les traduirais plus parce que c’est moche) avec Dwight, celui qu’il attendait depuis trèèèèès longtemps, aura lieu dans quelques minutes. Juste le temps de goûter, et la mère de Dwight est arrivée pour emmener Maksim chez eux. J’avais dit à Maksim qu’il rentrerait probablement vers 18heures, mais la mère de Dwight m’a annoncé, juste avant de partir, qu’elle le ramènerait après le dîner. Ha bon?

Je suis donc retournée à la cuisine pour annoncer à Pavle qu’on était seuls jusqu’à 17heures, ou Ryan arriverait pour un sleepover à la maison. Et qu’ensuite Divna rentrerait et que je me sentirais moins seule dans cette maison où les “hommes” seront en légère majorité.

Pavle décide de jouer du violoncelle, donc je monte dans ma chambre et m’occupes comme je peux. A 17heures, Ryan arrive et ils descendent tous les deux dans le basement pour jouer à la Wii. Encore une heure pépère, dans ma chambre, à regarder un épisode des Frères Scott et de Greek. A 18heures, la pizza commandée un peu plus tôt arrive, on casse la dalle avec les garçons et ils retournent à leur Wii et moi à mon ordi. Une demie heure plus tard je leur demande d’arrêter la Wii et de faire autre chose. Ils décident donc d’aller dehors jouer avec les “Glow Sticks“. Comme il fait un peu beaucoup noir dehors et que je suis leur babysitter, je décide de les accompagner. Et ça n’a rien à voir avec le fait que je kiffe les GlowSticks, nan nan nan. On se munit donc tous de nos GS, et les garçons partent dehors en courant sans m’attendre. Je comprends leur petit jeu et part à leur recherche dans le jardin, pleins d’arbres, où il fait noir, où j’entends des bruits bizarres… Bon, la mission n’était pas compliquée puisque sans les voir je les entendais très bien. Niveau camouflages, ils ont encore beaucoup de choses à apprendre ces deux là… Donc on se fait quelques parties de “on se cache et l’aupair nous cherche et nous trouve en 10 secondes malgré l’immensité du terrain”, puis les garçons décident de se battre à coup de GS façon Jedis dans Star Wars. Ayant mon appareil photo à la main, je prends pleins de photos bizarres avec les lumières, ce qui éclate les garçons. On passe donc le reste du temps, soit 45 bonnes minutes, à prendre des photos en bougeant beaucoup l’appareil photo de manière à avoir des trucs vraiment bizarres et à faire comme si des Ovnis venaient de débarquer sur Terre !

A 20heures, on rentre à la maison et les enfants se callent devant la télé. Donc rebelotte pour moi sur l’ordinateur, à visionner le Six’ sur le site d’M6 pour me tenir au courant de l’actualité en France, puis glandage sur internet. A 21 heures, alors qu’ils se préparent à aller au lit et que je viens de récupérer Maksim, on se rend compte que Divna, qui devait rentrer à 18heures, n’est toujours pas là. Est-ce que j’ai loupé quelque chose? Parano dans l’âme, je décide d’appeler Divna pour m’assurer que tout va bien, qu’il était prévu qu’elle ne rentre pas etc… “Ben heu non, je t’avais dit qu’avec Miroslav on irait faire quelques courses et manger au resto”. Là je me trifouille la tête et essaie de retourner dans le passé, mais non, mon cerveau s’écoulant par mon nez depuis quelques jours, rien n’y fait, je ne me souviens pas. Je la rassures et lui dit que c’est ma faute, j’ai rien compris, ou en tout cas j’ai pas assez fait attention à ce qu’elle me disait. Et puis j’ai passé une bonne soirée avec les garçons, donc tout va bien.

Quand ils sont allés se coucher, je me suis installée devant la télé avec le programme “On Demand” du satelitte. J’ai regardé “A Knight Tale” que j’ai en DVD mais que j’aime beaucoup beaucoup. Au final, j’aurais dû regarder mon DVD puisque les films gratuits “On Demand” sont entrecoupés de publicité tous les quarts d’heure, et qui plus certaines scènes que j’aimais beaucoup ont été sucrées pour le passage à la télé… Quelle bande de nuls… Peu après que j’ai commencé le film, Divna et Miroslav sont rentrés et après avoir tout cassé la télé en essayant de mettre les sous-titres parce que je lui avais demandé, Miroslav s’est installé avec moi.

Avant d’aller me coucher, j’ai regardé les billets d’avions pour aller à New York pour le nouvel an, et tant que j’y étais je me suis inscrite sur CouchSurfing en vue d’un week-end probable à Boston en Janvier.

Qu’on se le dise : je hais Christophe Colomb…

Celui qui a inventé le jour férié en l’honneur de Christophe Colomb, mais qui n’est en fait férié que pour les enfants quasiment, est un blaireau. Ou en tout cas un égoïste qui n’avait pas d’enfants. Ou alors un masochiste pur et dur. Ou, encore pire, un homme qui avait une jeune fille aupair et aimait la voir souffrir.

Je hais ce type.

Et je hais Christophe Colomb. Oui, je sais, sans lui je ne serais pas ici à vivre des trucs de folie, mais il n’empêche !

Il faut savoir, toi petit lecteur isolé derrière ton ordinateur à Cocorico-Land, que le 13 Octobre de chaque année est férié aux Staïtz. En l’honneur de C.C donc. C’est pour ça qu’on appelle ça le Colombus Day (et non pas le Colombo Day comme a eu le malheur de dire une fois ma mère, ignorant que j’allais le ressortir à chaque occasion) Ce qui nous amène à en déduire qu’avant 1492 (huuuum huum hum huuum hum hum hum hum huuuuum*), les citoyens des Etats d’Ames Eric* travaillaient le 13 Octobre. Mais en fait, quand on cherche un peu, on se rend compte que des millions de personnes se sont fait c*uillonner pendant 300 ans, puisque le premier Colombo Day a été célébré en 1792. L’histoire ne dit pas si ce jour était férié, mais j’en doute puisque ça a été mis en place par le New-York Time… BREF ! La parenthèse éducative et über-intéressante est refermée, revenons-en à nos moutons et aux choses importantes, c’est-à-dire moi…

Pourquoi donc hais-je ce cher Cricri ? Toute personne se posant cette question ignore vraisemblablement ce que c’est que d’occuper les enfants un jour férié. Bande de naïfs…

Quand les enfants ont repris l’école, c’était juste le plus beau jour de ma vie d’aupair. ENFIN je n’aurais plus à les supporter toute la journée. ENFIN j’aurais quelques heures de silence et de repos.

ENFIN je pourrais surfer sur internet non-clandestinement dans la journée (ouuuuuuuh la vilaine!)

Oui, mais j’avais oublié les jours fériés non-fériés pour les parents… 

Donc aujourd’hui, comme vous avez fini par le comprendre, était un jour férié où les enfants été à la maison. Et comme de par hasard, c’était aussi ma grosse journée “8h00-8h00″. La vie est cruelle.

Alors, quand je dis qu’ils étaient à la maison, c’est pas exactement exact. Vous voulez que je vous explique?

Bon, en fait j’avais commencé à vous raconter puis je me suis rendue compte que c’était pas intéressant. Sachez qu’il était juste question de cadeau d’anniversaire perdu, d’échange d’enfants pour les Playdates, de pétage de plomb de Maksim au moment du repas pour une chaise qui ne lui convenait pas, d’un Pavle trèèèèès bavard, de l’achat d’un puzzle de 750 pièces représentant NY et brillant la nuit qui devait me relaxer mais c’était sans compter sur la participation active des enfants qu’ont tout fait de travers, et d’une Nintendo DS qui commence déjà à m’énerver après seulement 2 jours d’existence dans les mains de Pavle.

Cette journée fut trèèèèès longue et j’ai cru que les enfants n’iraient jamais au lit.

Et cet article n’a pas d’autre but que de raconter ma vie et de mettre à jour mon blog. C’est la faute à mon frère qui m’a expressement expressament expreçament (Papa ! Help ! ) gravement obligée à mettre mon blog à jour souvent.

J’vous laisse en compagnie de deux musiques qui font références aux deux Astérix dans le texte.

embedded by Embedded Video

 

embedded by Embedded Video

 

(Oui, la deuxième est une véritable torture, aussi bien niveau paroles que niveau voix… Je suis désolée, mais la culture ne se fait pas toujours en douceur…)

 

PS : en ce moment le soir j’alterne entre “Scrubs” saison 7 et “The Big Bang Theory” saison 1 et 2. Vous avez déjà essayé de rire en silence pendant une heure? C’est un calvaire. Parfois, j’aimerais être comme la plupart des gens qui réagisse par un simple sourire à une blague dans une série. Malheureusement, ma famille pourra l’attester, quand c’est drôle, je ris. Parfois fort. Mais ici je peux pas ou on me renverra en France pour cause de démence :’-(

C’est trop éprouvant d’être agent secret…

 

Bon, étant donné que je me trifouille à chaque fois le crâne afin de trouver des titres dignes de ce nom qui vous mettent l’eau à la bouche et vous donnent envie de lire mes interminables articles aux phrases si longues et sans virgules (admirez le travail : 44 mots -sans compter “bon”- et pas une seule virgule!), je vous prierais d’avoir l’amabilité et la gentillesse de les lire. Peut-être les lisiez-vous déjà, mais je préfère être sûre :-)

Je vous vois venir : vous vous demandez ce que je baragouine quand je vous parle d’agent secret. Je sais, je sais. Mais je vais mettre à profit mon talent pour le suspens et vous faire poiroter avec cette histoire d’agents secrets (qui n’est pas, à proprement dit, bigrement intéressante), le temps de vous raconter ma matinée au Science Center. Suivez-moi, c’est par ici.

Avant-hier matin (mercredi), nous avons décidé, à l’unanimité avec moi-même, d’aller au Science Center à Pittsburgh. Oui, enfin, Maksim est venu avec moi, bien entendu. C’était quand même pour lui à la base…
Le Science Center, c’est en fait l’équivalent hamburgerien de la Cité de La Villette à Paris. Un endroit où tu touche à tout, où tu découvres des choses, et où tu ressors TOUJOURS moins bête que tu ne l’étais en rentrant.

Nous avons donc passé deux heures à passer d’un étage à l’autre pour y voir, tour à tour, le monde spatial (avec bras robotique que tu diriges afin d’envoyer des ballons de basket dans le panier, ou un mini robot sur une mini planète Mars que tu mini diriges vers différents mini astéroïdes afin de les mini analyser (mini caméra panaromique à l’appui et mini calculs scientifiques complexes), le monde aquatique (avec des Dori et des Némo, et même des anémones qui gesticulent pour de vrai), un Pittsburgh miniature (avec trains tchoû-tchoûtant, minis automates et lumières éteintes dans la salle lorsque c’est la nuit) ou les lois de la physique (ou comment faire un bon avion en papier et faire voler des boules en l’air).

Après toutes ces découvertes, nous sommes remontés en voiture avec Maksim, direction le KinderGarten directement (vous affolez pas… je lui avais prévu un sandwich au petit… je vais pas l’affamer non plus…). Petite lecture dans la voiture en attendant que la maitresse arrive, puis LIBERATION! A partir de ce moment là, j’ai en effet 3 heures pour moi! Le pied. Je profites de ces trois heures pour regarder Newport Beach (oui, je sais, pas la peine de vous moquer, j’aime et pis c’est tout!), puis viens le moment du retour de l’être aimé des enfants.

Pendant que les enfants prennent leur snack, on discute de la soirée au resto où on va aller pour l’anniversaire de Pavle le soir-même. L’intéressé n’étant pas là, on discute des cadeaux qu’on va offrir, et là Milica me dit, d’un air mi-affolée, mi-triste, mi-désemparée (oui, Milica peut avoir 3 moitiés, et alors??) qu’elle n’a pas de cadeaux. OK. On doit aller chercher Pavle dans 45 minutes. Le temps d’aller à Target (l’équivalent Star-Spangled Bannerien* du Monoprix) et d’en revenir, ça nous fait 30 minutes. Ce qui fait donc 15 minutes pour choisir un cadeau? C’est faisable, mais dépêchons-nous!

Et c’est là qu’intervient l’histoire des agents secrets.

On fonce à la voiture et Milica me signale que Maksim est incapable de tenir un secret. Moi, naïve et innocente, je n’en crois pas un traitre mot, mais dans le doute, j’investi le petit d’une mission : protéger le trésor et sauver la planète de l’affable Mr. Pavle. Afin de lui faire comprendre la gravité de la situation, je nous transforme donc en agents secrets. Agents 008,009 et 010. Bah ouais… Je sais pas qui des enfants ou de moi à le plus joué le jeu des espions, toujours est-il que, lorsqu’on attendait aux feux tricolores, on essayait de joindre le Big Boss afin qu’il nous fasse passer ces maudits feux au vert, que l’on s’est pris à rêver d’avoir un hélicoptère pour aller plus vite, et qu’arrivés à Target on a courru comme des dératés vers le rayon des jouets. Là, je me transforme en compte-à-rebours humain, on sent le suspens qui monte, la pression, la fin du monde! Milica choisi son cadeau, on recours comme des dératés vers les caisses (alors qu’il n’y avait plus besoin, mais c’était fun ^^ ). Là, on tente une opération “cachage-du-cadeau-de-l’affable-Mr.Pavle-dans-un-sac-tout-troué-appartenant-à-l’agent-010″. On récupère Pavle, non sans avoir tout d’abord mis fin  l’opération “agents en mission”. Bah ouais, il se serait douté de quelque chose le Pavle. Donc je rappelle bien à Maksim que c’est un secret de niveau planétaire, qu’il ne doit pas dire à Pavle qu’on est allé à Target acheter son cadeau, et encore moins lui dire ce que Milica et moi lui avons choisi.

On a à peine mis les pieds à la maison que Maksim a annoncé, l’air de rien, et sans crier gare “On est allé à Target acheter ton cadeau, Milica t’a acheté un coffret de Lego et Marion t’as pris un jeu de Wii français.” Voilà. Merci Agent 008… J’étais très déçue, pas envers Maksim, mais du fait que Pavle savait ce qu’il allait avoir. Je l’ai même surpris à fouiller dans ma chambre après que Maksim ai dit “Marion a caché les cadeaux dans sa chambre”. Double merci, Agent 008…

Bon, et puis après il a fallu aller à Pittsburgh pour manger dans un restaurant chinois, le P.F Chang. On y est arrivé non sans une montée d’adrénaline après que Divna m’ait appelé, 10minutes après qu’on soit rentré de notre mission secrète plus si secrète, pour nous dire que Miroslav avait oublié un truc MEGA important pour son boulot, et qu’au lieu de partir à 6h15 comme prévu, il fallait partir dans la minute (soit à 5h20…). Elle m’explique, au téléphone, le chemin.

Là, il faut que je vous explique : je suis une quiche en voiture quand je ne connais pas le chemin. Mon sens de l’orientation est assez proche de celui du bulot des mers tropicales, je vous laisse imaginer le désastre. Si vous voulez en avoir la confirmation, demandez à mes amis… Donc quand on m’explique au téléphone qu’il faut prendre la route 673094, au croisement faut prendre direction Petahouchnok et non Trifouilli-les-Oies, faut faire attention au niveau du pont, rester sur la 25 voie, pas la 24, pas la 26, la 25. Puis après 143 mètres, se diriger vers la voie 13 (pas la 14, pas la 12), prendre la sortie Pouet et patati et patata… Bah moi je suis pomée. Et ça, c’est quand on me parle en français. Donc imaginez la scène dans un anglais teinté d’un accent Serbe (auquel je me suis malgré tout habituée), et vous pouvez comprendre ma détresse. Sans compter sur la carte-dans-la-voiture-de-Daddy-qu’il-faut-impérativement-trouver-mais-qui-n’existe-nulle-part (tout ces tirets, c’est pour Clément, je sais qu’il aime pas quand la femme du magasine télé du Dauphiné Libéré elle écrit avec pleins de tirets :-)). Bref, j’ai embarqué les enfants ni une ni deux, ma feuille de route à la main, aussi tendue qu’un string qui se prendrait pour un signe Mercedes. Et, croyez le ou non, mais j’ai trouvé ma voie. Sans me perdre. Et sans respecter les instructions de Divna (parce que oui, je suis une quiche). Et en ayant pas les bons noms de sortie (Forbes et Fourth, au téléphone, c’est du pareil au même…). Bon, ceci dit, j’ai dit environ 12 millions de fois “c’était pas là” ou “c’est pas la bonne route”. Heureusement, Milica et Pavle, mais surtout Milica, ont joué mes coach, me rassurant à chaque fois qu’ils entendaient une parole négative, m’affirmant qu’on était sur la bonne route (ce qu’ils ne savaient pas plus que moi…)

Après toutes ces péripéties, on a retrouvé Divna et Miroslav à l’hôpital où Miroslav travaille, puis direction P.F. Chang. Un restau très sympa, du genre “chinois californien” d’après Miroslav (me demandez pas…). On a partagé tous les plats commandés afin de goûter à tout, puis on a eu droit au dessert (gateau au chocolat sur lit de coulis de framboise. Bave.) On a offert les cadeaux à Pavle (Lego Agents Secrets pour Milica et Rayman et les Lapins Crétins pour la Wii pour moi) et il a même pas fait semblant d’être surpris. Méchant va.

J’ai passé une soirée bien sympa.

 

* Vous n’avez rien compris? Mais si enfin! L’hymne national américain, le Star-Spangled Banner. Faites un effort voyons!

Photo 1: Un chipmunk qui n’a rien à voir avec l’histoire mais que j’avais envie de mettre. C’est chou hein? Bah y’en a pleins dans le jardin…
Photo 2: Maksim dans l’Orbitron.
Photo 3: Pavle et ses cadeaux.
Photo 4: La famille D. au grand complet :-)
Photo 5: Le gâteau.


Warning: Unknown(): open(/mnt/168/sda/6/8/rion.un.peu/sessions/sess_c9f56bb89d3395dc249d4e8991fbbbe8, O_RDWR) failed: No such file or directory (2) in Unknown on line 0

Warning: Unknown(): Failed to write session data (files). Please verify that the current setting of session.save_path is correct (/mnt/168/sda/6/8/rion.un.peu/sessions) in Unknown on line 0